print






workshops


Etel Adnan’s The Arab Apocalypse

with Karima El Kharraze @ La Galerie CAC, Noisy-le-sec, 2019

Dans son Apocalypse Arabe, Etel Adnan donne une métaphysique du sentiment, dans laquelle la guerre s’agence avec la poésie, la géographie et les dessins, afin d’exprimer l’indicible.Dans cet atelier d’écriture et de mise en scène, Claire Finch et Karima El Kharraze lisent ensemble le poème prophétique d’Adnan afin de créer leurs propres poèmes et formes collectives, mettant en texte et en scène leurs espoirs, galaxies, rages, amours, planètes et visions du monde à venir.


photos ︎ Hélène Harder




nu narratives

with Etaïnn Zwer @ transpalette, Bourges, 2018

La forme d’un texte est toujours politique, sa fabrique une histoire de l’appartenance ou bien de l’exclusion – elles reflètent les normes de sujets « hétéropolicés », identifiés et identifiables. En tant qu’auteures queer féministes, vivant et pensant hors des nations officielles, à partir d’identités troubles et de sous-cultures énervées, nous avons besoin de créer d’autres langages pour nous raconter : des langages qui imaginent et explorent nos multiples « je » et sex.ualités, notre monde intime et notre communauté.

Nous inspirant du mouvement New Narrative (courant littéraire anglophone hot expérimental des années 1980-2000, qui critiquait déjà en ce sens les canons légitimés de la narration), mais en critiquant à notre tour son prisme réduit (un entre-soi majoritairement blanc et masculin), nous transposerons cette même nécessité – inventer les représentations qui nous manquent – et son lot d’outils – disjonction, cut-up, retournement, imagerie queercore, sorcellerie, science- fiction –, ici et maintenant, à l’aune de nos propres réalités et de nos propres corps.

Il s’agira de pro-créer ensemble et d’écrire les récits érotico-pornogra- phiques qui nous excitent et nous ressemblent. En osant le cru, le trash, l’explicite, en expérimentant le sale, le fluide, l’ambigu, et pourquoi pas le monstrueux, en convoquant des savoirs et des pratiques hirsutes, en piratant la syntaxe et le temps, en fabulant des paysages et des orgies illégitimes. le poème de nos hormones, pour inventer une expérience textuelle – et orale – qui prenne enfin la forme de nos désirs.





the poem is a hormone

Comment faire exploser l’imaginaire ? Comment fabriquer une littérature qui sera lue après l’apocalypse queer et féministe ? Comment construire nos textes et nos corps sur les ruines des textes canoniques et les résidus des savoirs dominants ? Le texte transforme. Dans cet atelier d’orientation queer féministe nous explorerons ses potentiels politiques à travers les techniques de piratage littéraire, de plagiat, de vol, de détournement. Nous sommes gavéEs sans cesse d’un langage qui exerce une puissance sur nous ; ici nous jouerons ensemble avec les codes textuels qui produisent l’autorité et le sens, construisant les textes qui nous permettent de parler et de nous révolter. L’atelier d’écriture devient une performance de lecture et de résistance collective.

︎ blog khiasma plateforme
︎ enregistrement radio R22




@ galerie des Tables, Bordeaux + Khiasma, Lilas + University of Göttingen, Germany.
may - september 2018. 

écrire son avenir


« La fin justifie les moyens. Mais s’il n’y a jamais de fin? Tout ce que nous avons, c’est les moyens » a dit l’auteure Ursula K. Le Guin et dans cet atelier nos allons nous demander quels moyens nous avons et comment nous pouvons les exprimer ensemble. Le terrain du départ est l’écriture des textes de la science fiction féministe : c’est-à-dire les textes qui canalisent une rage du présent et un désir d’effectuer un changement afin d’inventer, en collectivité, d’avenirs qui agissent contre les oppressions actuelles. Qu’est-ce que ne vas pas ici et maintenant ? Qu’est-ce que tu changeras ? A quoi ressemblera le monde dans lequel tu peux t’exprimer ?


@ syndicat potentiel, Strasbourg may 2018




Claire Finch © 2018